La MJC de Zouk Mikael en Jordanie: une initiative municipale exemplaire dans le monde arabe

En tant qu’initiative municipale exemplaire dans le monde arabe pour sa contribution au développement humain en milieu urbain, la Maison des Jeunes et de la Culture – Zouk Mikael a participé au forum libano-jordanien de la société civile parrainé par le réseau Euro-Med de la fondation Anna Lindh.
Le forum a rassemblé 40 organisations non gouvernementales et de la société civile au Dead Sea Spa Hotel (Jordanie) sous le titre de «DAWRAK – Citoyens pour le dialogue” et a été organisé par l’Institut Royal d’Etudes Interconfessionnelles en Jordanie, en collaboration avec la Commission Nationale Libanaise pour l’ UNESCO.
Visant à renforcer la société civile envers une citoyenneté plus active et engagée, le forum encourage le partage d’expériences, l’initiation aux échanges et la collaboration entre les ONG libanaises et jordaniennes, sous le patronage de l’Union européenne dans le cadre des activités Euro-Med.
Les conférenciers principaux tels Imma Roca Cortes, chef de la Section de l’information, de la politique et de la presse à la délégation de l’UE en Jordanie, le Docteur Nabila Hamza, présidente de la Foundation for the Future, Marc Jessel, le Directeur Pays du British Council, Sylvia de Fonti du Theatro Valle Occupato et d’autres experts européens de développement ont partagé idées, concepts et possibilités de financement.
La MJC a été accueillie pour un témoignage sur son initiative réussie et innovante de développement humain au niveau municipal. La directrice Eliane Fersan a souligné le rôle de la MJC dans la promotion de l’engagement des jeunes dans le travail municipal en tant que citoyens actifs, ainsi que le bénévolat et l’élaboration de politiques orientées vers les jeunes au niveau du gouvernement local en plus du soutien de l’industrie créative locale. Un leader dans le développement humain en milieu urbain, Zouk Mikael a reçu un certificat d’excellence pour ses efforts et initiatives de la part de l’organisation internationale Metropolis et Cités et Gouvernements Locaus Unis (CGLU), une organisation affiliée à l’ONU, dans le cadre de la compétition internationale de Guangzhou pour l’innovation dans le développement urbain en Novembre dernier.

                                    NGO-Forum-Jordan-Group-Photo

Advertisements

Une fois de plus Zouk Mikael en route vers la gloire

Une fois de plus, le Liban est représenté par la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) de la ville de Zouk Mikaël, lors de la finale du Prix international de Guangzhou pour l’innovation urbaine en Chine, organisée en collaboration avec Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU), une Organisation affiliée aux Nations Unies et l’Association mondiale des grandes métropoles (Metropolis) entre les 14 et 17 Novembre 2012 dans la capitale de Guangdong, une des provinces chinoises les plus développées économiquement et technologiquement, Guangzhou au sud de la Chine.

Les deux seules villes arabes qui ont réussi à se faire sélectionner pour la finale sont les villes de Dubaï, Emirats Arabes Unis et de Zouk Mikael, Liban, représentée par directrice de la MJC Eliane Fersan, et Crystel El Chayeb et Ziad Nassif de Lebanon Development Union, partenaire essentiel de la MJC. Le concours a reçu plus de 255 initiatives de la part de 153 villes de 56 pays et provinces. L’initiative méritante de Zouk Mikael intitulée «la Maison ds Jeunes et de la Culture, pour construire de meilleures communautés» vise à créer des politiques de jeunesse jetant des ponts entre le gouvernement local et les jeunes de la ville et comprend le renforcement des capacités des jeunes et créer des opportunités dans les domaines de la culture, de l’emploi, du networking et de l’industrie créative. Reconnue comme le cœur battant du Kesserwan, la Maison des Jeunes et de la Culture est une plate-forme pour le dialogue des cultures puisqu’elle a accueilli plus de 600 artistes venus du monde entier, et a produit des événements culturels de différentes disciplines en collaboration avec 50 ambassades et organisations internationales. L’initiative est également valable pour son rôle de premier plan dans le lancement des partenariats public-privé et la participation de la population locale et de la société civile dans un mouvement de développement durable qui ne cesse de croître.

Le Prix de Guangzhou vise à récompenser les innovations pour améliorer les environnements socio-économiques dans les villes et les régions, promouvoir le développement durable, et donc faire progresser le niveau de vie de leurs citoyens. Présenté tous les deux ans, le prix ambitionne d’encourager et de reconnaître des pratiques et des projets innovateurs remarquables dans le secteur public.

Atteindre la finale est un exploit en soi pour Zouk Mikael qui est une fois de plus sur la route vers la gloire avec les villes les plus riches et les plus avancées au monde tel Vienne, Séoul, le Cap, Vancouver, Mexico, Buenos Aires, Sao Paolo, Cincinnati, Tehran et Düsseldorf.

إذاعة “صوت لبنان” – برنامج “نقطة على الحرف” الحلقة 1074: عالـميّةٌ جديدةٌ لـــلُبنان من محليّة زوق مكايل

L’Orient le Jour

 

 

 

LDU et la MJC diplôment la quatrième classe du programme « Microsoft Unlimited Potential »

(Mercredi 14 août 2012) LDU en collaboration avec Microsoft et la Maison des Jeunes et de la Culture – Zouk Mikael, ont diplômé aujourd’hui la quatrième classe de participantes au programme « Microsoft Unlimited Potential » en la présence de Josiane Khalil, présidente de la League des Mukhtars du Kesrouan-Ftouh, Eliane Fersan, directrice de la Maison des Jeunes et de la Culture – Zouk Mikael, les participantes et des représentants de la communauté locale et de la société civile.

Plusieurs femmes ont participé aux cours intensifs du logiciel Microsoft Office pendant trois mois consécutifs. LDU organise plusieurs programmes d’autonomisation pour les femmes en vue de les soutenir et de les encourager à jouer un rôle plus actif dans les différents secteurs. Parmi ces programmes, cette session de formation qui vise à  les aider à développer leurs compétences en utilisant la technologie de l’informatique aussi bien au travail que dans leur vie quotidienne.

Durant la cérémonie de remise des diplômes à la Maison des Jeunes et de Culture – Zouk Mikael, la Secrétaire Générale de LDU Crystel El Chayeb, a souligné l’importance du diplôme que les participantes reçoivent de Microsoft et l’ampleur de l’efficacité du programme que la société a développé de façon à ce qu’il soit abordable aux personnes qui ne maîtrisent pas l’anglais ou qui n’ont pas reçu une formation académique. Le programme leur donne aussi la possibilité d’embarquer dans le monde de l’informatique et de l’employer aussi bien au niveau personnel que professionnel. Elle ajouta que LDU a lancé la première classe de ce programme en 2010, qui continue à intéresser les femmes de toute la région du Kesrouan.

El Chayeb a enchaîné sur le fait que le but principal de cette formation est de favoriser la création d’emplois et de développer les compétences des participantes afin d’en profiter dans leur établissements. Ensuite, elle a remercié Microsoft pour son soutien qui a permit l’implémentation de ce programme et ouvert de nouveaux horizons aux participantes. Après quoi elle a distribué les diplômes aux participantes.

Pour leur part, les participantes ont témoigné du changement que cette formation a laissé dans leurs vies aux niveaux professionnel et personnel et de l’opportunité qu’elle leur a ouvert pour se connecter et d’établir des liens entre elles. La participante Nohad Safi affirme que “ce programme a élargi mon engagement dans le travail social et m’a mis en contact avec d’autres femmes qui cherchent également à développer leurs compétences”. De même, la participante Thérèse Rizkallah a noté qu’armée par les atouts que ce programme lui a donnés, elle se sent plus confiante et capable d’utiliser ses nouvelles compétences acquises d’une manière qui la rapproche de ses enfants.

«La Soie, Caresses de Tendresse entre le Liban et le Mexique»

La Municipalité de Zouk Mikael et le Musée de Textile de Oaxaca, en étroite collaboration avec la Fondation Alfredo Harp Helu et l’Ambassade du Mexique au Liban, ont inauguré le jeudi 5 juillet l’exposition «La Soie, Caresses de Tendresse entre le Liban et le Mexique», en présence de SEM l’Ambassadeur du Mexique, Jorge Alvarez Fuentes, SEM l’Ambassadrice du Canada, Hilary Childs-Adams, SEM l’Ambassadeur de la Turquie, Inan Özyildiz, SEM l’Ambassadeur de l’Uruguay, Dr. Jorge Luis Jure Arnoletti, le Maire de Zouk Mikael Me Nouhad Naufal, M. Nabil Semaan, représentant de la Fondation Alfredo Harp Helu, le directeur du Musée de Textile de Oaxaca, M. Hector Manuel Meneses, la directrice de la Maison des Jeunes et de la Culture, Eliane Fersan, la Présidente de l’Institut des Femmes Progressistes, Wafaa Abed, la chargée des affaires culturelles à l’ambassade du Mexique, Claudia Maroun, la chargée des affaires commerciales à l’ambassade du Canada, Nathalie Nercessian, des membres du corps diplomatique, artisans ainsi que des personnalités de Zouk Mikael.

Pour une première manifestation d’une telle ampleur, ce sont plus de 100 pièces qui sont exposées et qui mettent en valeur le talent et la tradition des tisseurs de l’Etat de Oaxaca et ceux de la ville de Zouk Mikael. Le but premier de cette exposition est de présenter un travail manuel riche et important pour la culture d’un pays comme le Mexique et d’une ville comme Zouk Mikael. Les tissages représentés ne témoignent pas seulement de l’histoire du tissu au Mexique et au Liban, mais aussi d’un passé culturel qui s’impose sur un monde présent qui change.

Son Excellence l’Ambassadeur du Mexique a insisté sur le fait que cette exposition est la preuve d’une volonté des libanais et principalement des tisseurs de se rapprocher du Mexique et de sa culture, tout en conservant leur patrimoine. Cette exposition a contribué à développer les relations pourtant déjà bien soudées.

Pour sa part, Me Nouhad Naufal, Maire de Zouk Mikael a considéré que le principal objectif de cette exposition est de rapprocher deux cultures marquées par la soie et le tissu, et de permettre au Liban de mettre en valeur sa culture et son talent pour le tissage.

L’exposition reste ouverte tous les jours de 19h00 jusqu’à minuit, et cela jusqu’au 15 septembre, à la Maison de l’Artisan à Zouk Mikael. Riche de couleurs du Mexique et de pièces artisanales marquées par deux civilisations différentes, cette exposition dirigée par Hector Meneses et Eric Chavez est la preuve d’un rapprochement historique et culturel entre Oaxaca et Zouk Mikael.

Leila Gorguis dévoile les secrets de l’ombre et de la lumière de ses distances dans son recueil de poèmes « Je suis ici; je suis là-bas »

Sur un ton tantôt rebelle, tantôt serein et mélodieux, les poèmes de la Québécoise d’origine libanaise Leila Gorguis, relatent l’histoire d’une immigrée réincarnée dans une multitude de femmes. Dans «Je suis ici et là-bas», Leila porte la peau d’une Shéhérazade libérée de son mythe : «Pour longtemps, la femme de notre triste orient a été cloîtrée dans une intelligence de survie et non pas d’une vie».

Elle considère que la guerre du Liban (1975-1990) a renforcé sa volonté de vivre et de raconter l’histoire d’un peuple à moitié survivant, à moitié immigrant. Aujourd’hui, elle est une femme libre qui raconte un Liban immortel, un Canada paisible et une Montréal emplie de rêves et de possibilités.

Le 2 août 2012, la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC), Zouk Mikael, a organisé, en collaboration avec Lebanon Development Union (LDU) et la Paroisse de Saint-Doumit, une soirée de signature du recueil de Leila Gorguis « Je suis ici; je suis là-bas » (Publications Al-Farabi). L’événement a eu lieu au salon de l’église en présence des dignitaires : Josiane Khalil, Présidente de l’Association des Mukhtars de Kesrouan/Ftouh, Père Boulos El-Reyfouni, chef de la paroisse de Saint-Doumit, Antoine Abou Jaoudé, président de l’Union nationale de la culture, l’environnement et du patrimoine, Général Émile Abou Hamad, directeur des Relations publiques de l’Union, Fouad Abou Farhat, représentant du Cercle du Dialogue Culturel et Élise Moussa, représentante de Lebanon Development Union.

Eliane Fersan, directrice de la MJC, lança la soirée en soulignant la créativité des Libanais à l’étranger et leur rôle dans la promotion de la langue arabe dans les sociétés occidentales et leurs pays de résidence. Mme Fersan a cité à titre d’exemple l’adhésion de Leila Gorguis à l’Union des Ecrivaines et des Ecrivains Québécois (UNEQ) et l’importance que l’UNEQ accorde à ses publications, notamment à ses livres en arabe qui, désormais, font partie du corpus littéraire et culturel du Québec et du Canada.

Plusieurs figures littéraires ont activement participé en analysant le recueil:

L’auteure Mireille Saab a décrit  « Je suis ici; je suis là-bas » comme une dialectique d’ombre et de feu qui murmure les secrets d’une passion enivrée : « Leila, les ondes de tes poèmes règnent sur le royaume des amoureux, des rebelles, de la féminité universelle, de nos échecs et nos succès. Tes mots sont  comme une résurrection, une lumière, un secours ou une coupe jaillissant d’un paradis… »

Dr. Zahi Nader, membre à l’Union des Écrivains Libanais et Secrétaire général du corps fondateur de l’Union des Folkloriens Arabes enchaîna : «L’expérience poétique de Leila Gorguis est une randonnée interne et externe de la poétesse qui va d’ici à là-bas. Le Moi chez Gorguis dépasse l’individu qui disparait dans son propre ombre et absorbe celui jeté par l’immigration. Ce style n’exprime pas une pluralité mais une unicité qui renaît de sa féminité essentielle, de sa maternité universelle, de l’endroit en soi et son âme enracinée dans un pays plus lointain que l’infini…»

L’auteure Isabelle Zougheib Kesrewani continua : «J’ai lu dans «ailleurs» une femme amie avec elle-même qui refuse de traîner avec elle des traditions usées. «Ici» je te vois une femme précieuse affinée par les expériences de la vie qui ont éveillé en toi une voix brillante de toute femme généreuse et digne de son existence et de son humanité. Je te vois comme un arbre plein de branches et de fruits…»

Ensuite, révérend père Boulos El-Reyfouni a remercié Leila Gorguis pour le don qu’elle a fait à la paroisse. Il la décrit comme «une femme qui se baigne dans son encre phénicien à travers les voiles de ses pensées pour accoster sur les rives de ses lecteurs…»

Enfin, après avoir lu quelques poèmes, Leila Gorguis a remercié la Maison des Jeunes et de la Culture, ainsi que la ville de Zouk Mikaël pour l’avoir accueilli pour la première fois durant son séjour au Liban «C’est la première fois que mon âme errante entre Beyrouth et Montréal se pose dans un endroit qui a placé tout le Liban dans mes bras. Je remercie ses maisons suspendues comme les offrandes de l’histoire et ses escaliers qui m’emmènent vers un ciel de rêves qui réchauffent mes hivers au Canada…»

A l’honneur d’Antoine Rechdan « un poète dont les paroles combinent l’éclat de la lumière, et la révolution du croyant à l’inéluctabilité du changement »

Sous les auspices de S.E. Ministre de l’Information M. Walid Daouk, la Maison des Jeunes et de la Culture – Zouk Mikael, a organisé une cérémonie honorant le poète Antoine Rechdan au troisième mémorial de sa mort le 1 Juin 2012, en la présence du représentant de S.E. Ministre M. André Kassas, Député Me Neemtallah  Abi Nasr, Me Nouhad Naufal, Maire de Zouk Mikaël et Président de la fédération des municipalités du Keserwan-Ftouh, Mukhtara Josiane Khalil, Présidente de l’association des Mukhtars du Kesrouan-Ftouh, M. Sami Khoueiri représentant le Député Sami Gemayel, Père Tanios Nehmé, Président de l’Ordre Maronite Libanais, l’ancien Député Farid Khazen, Père Maroun Zoughaib représentant  l’Evêque Guy Boulos Noujaim, Crystel El-Chayeb, Secrétaire Générale de Lebanon Development Union, Dr. Jackie Maalouf, Présidente de Dialeb, Sarah Abou Sleiman, membre du conseil exécutif de MEPI-LAA, Dr. Hikmat Hnein, président du Liqaa Al-Ithnayn, Dr. Slava Shimin, Vice-Directeur du Centre Culturel Russe, des membres du conseil municipal de Jounieh et de Zouk Mikael et une grande foule de poètes, écrivains et hommes de lettres.

La cérémonie s’est distinguée par la mise en musique de dix poèmes dans l’album intitulé « Révolution et Parfum » choisis parmi les trois collections du défunt poète: « Parfum de Jounieh », « La Pierre de l’Abeille» et « Raisins de la neige », composés et interprétés par la soprano Consuelle el-Hage et le ténor Joseph Jabbour et distribués par Mario Nakouzi.

Elie Karash a ouvert la cérémonie par un mot sur « Antoine Rechdan, parrain de la parole, et celui qui a su mouler les lettres pour dessiner les mots qui traduisent ses sentiments de manière immortelle. »

Ensuite la parole a été à la directrice de la Maison des Jeunes et de la Culture, Eliane Fersan dans laquelle elle a noté que « ce travail honore la pensée d’Antoine Rechdan et marque dans nos esprits les mots du poète par le biais des deux voix de Consuelle el-Hage et Joseph Jabbour et représente une compétition sérieuse à ce qui est offert sur la scène artistique comme hérésies et délire musical. »

Puis le poète Habib Younis a parlé de sa relation avec Antoine Rechdan par à travers un long poème dans lequel il fit une réflexion sur son monde poétique.

Par la suite, le représentant de S.E. Ministre Daouk, André Kassas, a souligné que le poète « a joint par sa personnalité des poètes subtils et des passions mystiques. Qui l’a connu pouvait sentir sa transparence dans ses rapports avec autrui, quels qu’ils soient. »

Lors de la cérémonie un mot de remerciement a été également dit par le fils du poète, Melhem Rechdan, et plusieurs écoutes musicales ont été effectuées de chansons poignantes de l’album, entre autres «Donnez-moi une raison», «Ma terre», « J’attends mon amour » et « Tes yeux sont lumière ».

A l’occasion du troisième mémorial de sa mort: «Antoine Rechdan, un poète dont les paroles combinent l’éclat de la lumière, et la révolution du croyant à l’inéluctabilité du changement”

« Industries créatives et société » : Forum euro-méditerranéen de l’EUNIC en Jordanie.


Les entrepreneurs culturels libanais ont partagé leur expérience et leur vision au Forum euro-méditerranéen de l’EUNIC en Jordanie, du 13 au 15 mai 2012.

Après deux jours et demi (du 13 au 15 mai 2012) de prises de contact, de discussions et d’élaboration de stratégies, 170 participants du monde arabe se sont mis d’accord sur l’importance d’investir dans les industries créatives, un secteur prometteur qui est trop peu développé dans la région.
Rassemblés autour du drapeau de l’EUNIC (Institut national de l’Union européenne pour la culture), le “Forum euro-méditerranéen sur les industries créatives et la société 2012” est une initiative pionnière, financée par l’Union Européenne et organisée par le réseau EUNIC-Jordanie.
Une nouvelle technique interactive,”l’espace ouvert”(Open Space) a été adoptée : les participants choisissent un thème de discussions, un horaire et un lieu – c’est une invitation ouverte aux participants à s’engager librement dans la session qui leur convient le mieux, et d’où ils peuvent partir quand ils le veulent. Par ailleurs, durant ce forum les participants ont été invités à définir les contours du futur projet de long terme de l’EUNIC MENA spécifiquement dédié au soutien des arts et des industries créatives.
Le Liban était représenté par une délégation conduite par le président de l’EUNIC au Liban, Dr. Dan Stoenescu, Premier secrétaire à l’Ambassade roumaine et représentant de l’Institut culturel roumain au Liban. Cette délégation rassemblait également des délégués du British Council et de l’Institut français du Liban, des représentants du secteur culturel et de différentes sociétés civiles tels que Maqamat Dance Theatre, la maison d’étition Dar Onboz, VAPA (Visual and performing Arts Association), La Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) Zouk Mikaël, Safadi Cultural Centre/German Dialogpunkt à Tripoli, l’association et la compagnie Zoukak Theatre, Lebanon Development Union (LDU), Berytech, Metropolis et l’Agenda Culturel.


À l’issue du forum, les participants ont décidé d’une série de recommandations visant à réguler et à promouvoir le secteur créatif, pour une politique gouvernemental culturelle plus claire et transparente. Ils ont aussi fait remarquer le besoin urgent d’un personnel compétent à diriger, dans tous les secteurs culturels, et le besoin aussi de ressources, tant humaine que matérielle. Ils ont également souligné le rôle des entrepreneurs du secteur culturel à redéfinir les politiques culturelles et celui de faire participer le secteur privé et les grands décideurs du monde arabe. Pour finir, les participants en appellent aux ministres de la culture de la région MENA, à prêter plus ample attention à ce secteur, et aux autorités à soutenir les industries créatives, en adéquation à la qualité du travail.