«La Soie, Caresses de Tendresse entre le Liban et le Mexique»

La Municipalité de Zouk Mikael et le Musée de Textile de Oaxaca, en étroite collaboration avec la Fondation Alfredo Harp Helu et l’Ambassade du Mexique au Liban, ont inauguré le jeudi 5 juillet l’exposition «La Soie, Caresses de Tendresse entre le Liban et le Mexique», en présence de SEM l’Ambassadeur du Mexique, Jorge Alvarez Fuentes, SEM l’Ambassadrice du Canada, Hilary Childs-Adams, SEM l’Ambassadeur de la Turquie, Inan Özyildiz, SEM l’Ambassadeur de l’Uruguay, Dr. Jorge Luis Jure Arnoletti, le Maire de Zouk Mikael Me Nouhad Naufal, M. Nabil Semaan, représentant de la Fondation Alfredo Harp Helu, le directeur du Musée de Textile de Oaxaca, M. Hector Manuel Meneses, la directrice de la Maison des Jeunes et de la Culture, Eliane Fersan, la Présidente de l’Institut des Femmes Progressistes, Wafaa Abed, la chargée des affaires culturelles à l’ambassade du Mexique, Claudia Maroun, la chargée des affaires commerciales à l’ambassade du Canada, Nathalie Nercessian, des membres du corps diplomatique, artisans ainsi que des personnalités de Zouk Mikael.

Pour une première manifestation d’une telle ampleur, ce sont plus de 100 pièces qui sont exposées et qui mettent en valeur le talent et la tradition des tisseurs de l’Etat de Oaxaca et ceux de la ville de Zouk Mikael. Le but premier de cette exposition est de présenter un travail manuel riche et important pour la culture d’un pays comme le Mexique et d’une ville comme Zouk Mikael. Les tissages représentés ne témoignent pas seulement de l’histoire du tissu au Mexique et au Liban, mais aussi d’un passé culturel qui s’impose sur un monde présent qui change.

Son Excellence l’Ambassadeur du Mexique a insisté sur le fait que cette exposition est la preuve d’une volonté des libanais et principalement des tisseurs de se rapprocher du Mexique et de sa culture, tout en conservant leur patrimoine. Cette exposition a contribué à développer les relations pourtant déjà bien soudées.

Pour sa part, Me Nouhad Naufal, Maire de Zouk Mikael a considéré que le principal objectif de cette exposition est de rapprocher deux cultures marquées par la soie et le tissu, et de permettre au Liban de mettre en valeur sa culture et son talent pour le tissage.

L’exposition reste ouverte tous les jours de 19h00 jusqu’à minuit, et cela jusqu’au 15 septembre, à la Maison de l’Artisan à Zouk Mikael. Riche de couleurs du Mexique et de pièces artisanales marquées par deux civilisations différentes, cette exposition dirigée par Hector Meneses et Eric Chavez est la preuve d’un rapprochement historique et culturel entre Oaxaca et Zouk Mikael.

Advertisements

« Un voyage au Mexique », un ciné-club mexicain inspirant à la MJC – Zouk Mikaël

En collaboration avec l’Ambassade du Mexique au Liban et sous le patronage de l’Ambassadeur du Mexique Son Excellence M. Jorge Alvarez, la MJC projetta “Las Buenas Hierbas ” en ciné club le vendredi 17 février à 20h00.

Ont assisté à l’évènement Son Excellence M. Lex Bartlem, Ambassadeur de l’Australie, Dr. Maroun Massad, membre du conseil municipal de Zouk Mikaël, Dr. Jackie Maalouf, présidente de Dialeb, M. Roberto Khatlab, directeur du Centre des Études et des Cultures de l’Amérique Latine (CECAL) à l’USEK, Mme Wafa Abed, présidente de l’Institut des Femmes Progressives (IPW), Mme Nada Hamzeh, membre du conseil de MEPI-LAA, Mme Claudia Maroun, attaché culturel à l’ambassade du Mexique et un nombre de cinéphiles.

Les Bonnes Herbes (Las Buenas Hierbas) est la dernière production de Maria Navaró (le réalisateur mexicain célèbre) parue en 2010. “Las Buenas Hierbas” est une histoire de la chimie du cerveau, de la chimie des plantes et des émotions humaines. Il s’agit de l’héritage herboriste mexicain et de la connaissance aztèque ancestrale qui conserve le registre des plantes et des remèdes à base de plantes qui guérissent l’âme humaine. Puissant et spectaculaire, il n’y a pas “deus ex machina”: commandant une ambiance à la fois moderne et un peu magique et réaliste, Novaró nous guide vers une fin inévitable à la fois triste et poétiquement parfaite.

“Las Buenas Hierbas” a déclenché une discussion animée dirigée par Eliane Fersan, directrice de la MJC, et S.E. Ambassadeur Alvarez au sujet de la femme avec le remède à tous ses amis mais qui ne pouvait pas se guérir. S.E.M. Alvarez introduit au public les anciennes pratiques mexicaines et une révérence à la puissance de la nature ainsi que l’héritage inestimable aztèque.

Si la musique vaut mille mots, un film vaut milles voyages, surtout lorsqu’il est suivi d’une discussion agréable. La MJC remercie tous ceux qui ont assisté à l’évènement et vous promets de nouveaux voyages et plus d’aventures autour du monde.

Nahas Project à Zouk Mikaël

Dans le cadre de la fête de la musique, la Maison des Jeunes et de la Culture – Zouk Mikaël et le Centre Culturel français de Jounieh en collaboration avec SMILE Together ont organisé le lundi 20 juin un concert pour le groupe « Nahas Project » dans le cadre féérique du Jardin Publique de Zouk Mikaël. Un public de 650 amateurs du Jazz Fusion a rempli les gradins de l’Odéon du jardin des Olives.Voici un témoignage d’une de nos spectatrices et spectateurs, Mme Marie-Chantale Sundberg :

« Nous arrivons vers 20h15. Nous étions intrigués par cette soirée, étant donné que nous ne connaissions le groupe “Nahas project” que de nom. Peu à peu, le brouhaha des retrouvailles se meut en murmures. C’est bientôt le silence au milieu de la verdure. Un silence qui permettra à l’audience qui retient son souffle de mieux apprécier les virtuoses qui nous emmènent au-delà des rives de la Méditerranée, par le biais de mélodies qui nous enchantent et même nous ferons danser. A la fin du spectacle, les artistes sont bissés plusieurs fois et complaisamment, ils rejouent deux morceaux avant de se retirer sous les huées et les applaudissements. »

Sébastien Bertrand, né au Liban et abandonné rue Adib Nahas, d’où le nom du groupe ainsi qu’il nous le confie au cours de la soirée, avait été adopté par une famille vendéenne à l’âge de 9 mois. Début 2010, alors que Sébastien, accordéoniste diatonique, se trouve en tournée au Liban, il rencontre Oussama Abdel Fattah, talentueux joueur de « Oud » et spécialiste de la tradition musicale arabo-orientale. Le mariage de ces deux univers musicaux s’avère magique et enchanteur. C’est ainsi que naît le projet Nahas, en référence à la rue où se trouvait l’orphelinat qui recueillit Sébastien.
Sébastien et Oussama se font accompagner par Julien Padovani (piano), Alexis Thérain (guitare acoustique), Sylvain Fabre (percussions acoustiques et électroniques) et Jean-Marc <Ange B> Enjalbert (beat box).

L’audience sélecte comptait parmi ses membres S.E. l’Ambassadeur du Mexique Jorge Alvarez, Mme Mélodie Bardin directrice du CCF de Jounieh, Mme Antoinette Mrad, Présidente de SMILE Together, Mme Crystel El Chayeb, Secrétaire Générale de Lebanon Development Union (LDU), Me. Nouhad Naufal Maire de Zouk Mikaël, Mme Josiane Khalil Mukhtara de Zouk Mikaël et Présidente de la Ligue des Mukhtars du Kesroun/Ftouh, Mme Denise Karam Bou Machaar membre du Conseil Municipal de Jounieh ainsi que les membres du Conseil Municipal de Zouk Mikael Dr. Maroun Massaad, M. Elie Zgheib, M. Habib Aoudé.

« De Sévilla à Beyrouth » un spectacle de Flamenco Andalou à l’honneur de la journée mondiale de la danse à Zouk Mikaël

Sous le Haut Patronage de l’ambassade d’Espagne du Liban, et avec le soutien de Lebanon Development Union, la Maison des Jeunes et de la Culture – Zouk Mikaël, et l’association « Flamenco en Beirut » organisèrent un spectacle de Flamenco gitan « De Sévilla à Beyrouth » interprété par Josele Miranda, accompagné par Raya Haddad et la troupe de Flamenco en Beirut.

Assista au spectacle S.E.M. Juan Carlos Gaffo, ambassadeur d’Espagne au Liban, Mme Claudia Maroun, chargée des affaires culturelles à l’ambassade du Mexique, Me Nouhad Naufal, Maire de Zouk Mikaël, Dr. Maroun Massaad, membre du conseil municipal, le Poète Henri Zougheib, Mme Fadia Yared, présidente de l’association Flamenco en Beirut et Mme Crystel El Chayeb, Secrétaire Général de Lebanon Development Union (LDU).

Le programme se divisa en 5 parties de danses prises dans le répertoire traditionnel du Flamenco andalou et gitan, récemment reconnu comme faisant partie du « patrimoine immatériel de l’humanité ».

Infatigable et passionné, Josele Miranda se donne sans comptes, et quand il danse, la scène est sienne. La force et l’ampleur qui s’en dégagent, la communication profonde qu’il entretient avec le public font de lui un interprète immense. Son accompagnatrice dans ce spectacle, Raya Haddad, disciple de la fameuse bailora Yalda Younes est certainement un nouvel espoir du Flamenco au Liban. Au programme :

1/ALEGRIAS : dérivées des « Jotas » aragonaises, les alegrias se sont « flamenquisées » à Cadix. Extrêmement festives et enlevées, elles accompagnent admirablement la danse, mais demandent une grande virtuosité technique et expressive.

2/SOLEA POR BULERIA : de mélodie et de rythme complexes, la Solea por Buleria peut à elle seule exprimer une palette de sentiments divers. C’est une danse noble, majestueuse et toute en grâce, qui requiert une grande sensibilité dans le ressenti et dans l’interprétation.

3/TANGOS : Chant d’origine noble, on peut considérer que c’est le seul du « cante grande » qui soit aussi joyeux et festif. Son rythme enlevé en fait la danse de la joie par excellence.

4/BULERIA : née à Jerez dans le quartier de Santiago, la buleria est une danse festive et drôle qui fait appel à la virtuosité mais aussi à l’humour du danseur. Elle exprime la joie flamenca et son rythme atteint parfois des sommets dans la complexité et la vélocité.

5/SEVILLANAS : danse andalouse qui a conquis ses lettres de noblesse, elle fait maintenant partie intégrante du répertoire flamenco. Gracieuse et pleine d’espièglerie, la Sevillanas se danse en couple, partout en Espagne, lors des fêtes mais aussi dans les maisons, les boites de nuit, voire même la rue.