Ciné Club movies in 2015

Ciné Club movies in 2015

In a better world- 18/5/2015

He lives of two Danish families cross each other, and an extraordinary but risky friendship comes into bud. But loneliness, frailty and sorrow lie in wait.

Director: Susanne Bier
Writers: Anders Thomas Jensen (screenplay), Susanne Bier (story), 2 more credits »
Stars: Mikael Persbrandt, Trine Dyrholm, Markus Rygaard | See full cast and crew »

download

Eat drink man woman- 13/4/2015

Master Chef Chu (Sihung Lung) is semi-retired and lives at home with his three unmarried daughters, Jia-Jen (Kuei-Mei Yang), a religious chemistry teacher; Jia-Chien (Chien-Lien Wu), an airline executive; and Jia-Ning (Yu-wen Wang), an employee at a fast-food joint. Life at the family’s house revolves heavily around preparing and eating an elaborate dinner every Sunday. The stability of these meals gives them all strength as they deal with new romantic relationships and disappointments.

11146594_869006763145831_1676027400913441313_n

The best offer-9/3/2015

In the world of high-end art auctions and antiques, Virgil Oldman is an elderly and esteemed but eccentric genius art-expert, known and appreciated by the world. Oldman is hired by a solitary young heiress, Claire Ibbetson, to auction off the large collection of art and antiques left to her by her parents. For some reason, Claire always refuses to be seen in person. Robert aids Oldman in restoring and reassembling some odd mechanical parts he finds amongst Claire’s belongings, while also giving him advice on how to befriend her and deal with his feelings towards her. Also a friend of Oldman, Billy Whistler helps him to acquire a secret private collection of master paintings

11025170_847800245266483_3549554654746037316_n

Parle avec elle-8/1/2015

Benigno, un jeune infirmier, et Marco, un écrivain d’une quarantaine d’années, se rendent, chacun de son côté, à un spectacle de Pina Bausch, Café Müller. Ils sont assis l’un à côté de l’autre. La pièce est si émouvante que Marco éclate en sanglots. Apercevant les larmes de son voisin, Benigno aimerait lui faire part de son émotion, mais il n’ose pas. Quelques mois plus tard, les deux hommes se retrouvent dans d’autres circonstances, à la clinique El Bosque, où travaille Benigno. Lydia, la petite amie de Marco, torero professionnel, est plongée dans un profond coma suite à un accident survenu lors d’une corrida. Benigno, quant à lui, est au chevet d’Alicia, une jeune danseuse également dans le coma. Lorsque Marco passe à côté de la chambre d’Alicia, Benigno, sans hésiter, s’approche de lui. C’est le début d’une grande amitié quelque peu mouvementée.

10917350_826140330765808_7294377441924306740_n

Every Ciné Club was followed by an interesting discussion thank to Mrs Rima Haddad.

IMG_0843

Advertisements

Ciné Club “On the Rails”

La Maison des Jeunes et de la Culture a projeté  le documentaire « Sur les Rails » le Lundi 29 mai 2015 en la présence de  Mme Zeina Haddad  et Dr Eugen Dabous de  l’ONG Train/Train.

L’idée de faire un film est née il y a quelques années approuvée par le président du syndicat des chemins de fer.

Elle partit de la gare centrale de Mar Mikhael pour faire un long trajet passant par chaque gare et chemin de fer sur le littoral et la montagne libanaise.

Un tour qui va nous faire découvrir des histoires cachées dans les coins des stations de trains et des rails dénudés.

Une nostalgie d’une histoire qui reprend vie avec les cheminots encore vivants et qui ont jadis travaillé dans les gares, les larmes aux yeux, espérant le retour du train un de ces jours ramenant avec lui la gloire industrielle et culturelle qu’il a laissée derrière lui.

11222117_909594235753750_5509411000033638987_n

 

Maison des Jeunes et de la Culture host the documentary film « On the rails » on Monday June 29th with the presence of Mrs Zeina Haddad the director, and Dr Eugen Dabous from Train/Train NGO.

The idea of the documentary started a couple of years ago with the syndicate of railways and its president.

It started off from the station of Mar Mikhael to include in its long journey every station and railways, on the coast and Lebanese mountains,

It is a journey to acquaint us with hidden stories in the hidden corners of the stations and the forgotten railways.

It is nostalgia that lives in the heart of the remaining employees who worked in the railways.

There is a glance of hope in their eyes that the train will come back one day and bring back industrial and cultural glory that had been left behind.

11039840_909595105753663_4407103712045492157_n 10406351_909594522420388_2384414307121769068_n 10985037_910896458956861_9674391395394524_n

« Un voyage au Mexique », un ciné-club mexicain inspirant à la MJC – Zouk Mikaël

En collaboration avec l’Ambassade du Mexique au Liban et sous le patronage de l’Ambassadeur du Mexique Son Excellence M. Jorge Alvarez, la MJC projetta “Las Buenas Hierbas ” en ciné club le vendredi 17 février à 20h00.

Ont assisté à l’évènement Son Excellence M. Lex Bartlem, Ambassadeur de l’Australie, Dr. Maroun Massad, membre du conseil municipal de Zouk Mikaël, Dr. Jackie Maalouf, présidente de Dialeb, M. Roberto Khatlab, directeur du Centre des Études et des Cultures de l’Amérique Latine (CECAL) à l’USEK, Mme Wafa Abed, présidente de l’Institut des Femmes Progressives (IPW), Mme Nada Hamzeh, membre du conseil de MEPI-LAA, Mme Claudia Maroun, attaché culturel à l’ambassade du Mexique et un nombre de cinéphiles.

Les Bonnes Herbes (Las Buenas Hierbas) est la dernière production de Maria Navaró (le réalisateur mexicain célèbre) parue en 2010. “Las Buenas Hierbas” est une histoire de la chimie du cerveau, de la chimie des plantes et des émotions humaines. Il s’agit de l’héritage herboriste mexicain et de la connaissance aztèque ancestrale qui conserve le registre des plantes et des remèdes à base de plantes qui guérissent l’âme humaine. Puissant et spectaculaire, il n’y a pas “deus ex machina”: commandant une ambiance à la fois moderne et un peu magique et réaliste, Novaró nous guide vers une fin inévitable à la fois triste et poétiquement parfaite.

“Las Buenas Hierbas” a déclenché une discussion animée dirigée par Eliane Fersan, directrice de la MJC, et S.E. Ambassadeur Alvarez au sujet de la femme avec le remède à tous ses amis mais qui ne pouvait pas se guérir. S.E.M. Alvarez introduit au public les anciennes pratiques mexicaines et une révérence à la puissance de la nature ainsi que l’héritage inestimable aztèque.

Si la musique vaut mille mots, un film vaut milles voyages, surtout lorsqu’il est suivi d’une discussion agréable. La MJC remercie tous ceux qui ont assisté à l’évènement et vous promets de nouveaux voyages et plus d’aventures autour du monde.

“Contes de l’âge d’or” perspectives d’un communisme comique à la MJC

SEM Tanase, Me Naufal et SEM GafoLa Maison des Jeunes et de la Culture – Zouk Mikaël, sous le haut patronage de l’ambassadeur de la Roumanie au Liban, Son Excellence M. Daniel TANASE, organisa un ciné club autour du film comique  « Contes de l’âge d’or » de Christian MUNGIU. Furent présents SEM Juan Carlos GAFO, Ambassadeur d’Espagne au Liban, Mme Elza FENET, Chef de la section politique, économique et presse culturelle de la délégation de l’Union Européenne au Liban, Dr. Dan STOENESCU, 1er secrétaire à l’ambassade roumaine, Me Nouhad NAUFAL, Maire de la ville de Zouk Mikaël, Crystel EL CHAYEB, Secrétaire Général de Lebanon Development Union (LDU) et une foule de cinéphiles.

Mme Eliane FERSAN, Directrice des programmes et des relations publiques à la MJC commença par introduire le contexte deSEM TANASE entouré par les membres de l'amicale libano-roumaine cette première collaboration avec l’ambassade roumaine qui se fit dans le cadre du mois de la Francophonie. SEM TANASE enchaîna par une présentation de la Roumanie et son héritage culturel français qui remonte au XVIIIème siècle, époque des Princes Phanariotes. Ensuite, Dr. Josef CHEMALY, Chef du Département d’Arts Visuels et Scéniques à l’Université Saint Esprit de Kaslik, présenta le film qui fut suivit par une discussion très animée portant sur les contes d’un communisme vu d’un angle oriental et européen.

SEM TANASE entouré par les membres de l'amicale libano-roumaineNommé pour 3 palmes d’or au festival de Cannes en 2009, Contes de l’âge d’or se compose de cinq histoires courtes liées entre elles par leur état d’esprit, leur structure narrative et leur contexte historique : la seule marque de voiture qu’on voit partout dans les rues, c’est la Dacia, fabriquée en Roumanie ; tout le monde survit en volant l’Etat ; il faut obéir aux ordres du Parti même s’ils sont illogiques et absurdes. Ces légendes à la fois comiques, bizarres et surprenantes, puisent dans les événements souvent surréalistes vécus au quotidien sous le régime communiste. L’humour fut à cette époque la bouée de sauvetage des Roumains et Contes de l’âge d’or tente de restituer cette atmosphère en montrant une nation luttant pour sa survie au quotidien face à la logique insensée de la dictature. “L’âge d’or” évoqué par le titre, c’est en effet le crépuscule de la dictature communiste de Ceausescu ; les “contes” en question sont les légendes urbaines, drôles ou terrifiantes que se racontaient à voix basse les gens ordinaires.