About ellefersan

Eliane N. Fersan, holds a Master 2 in History from Université Saint Esprit de Kaslik and is an Associate Researcher at the Lebanese Emigration Research Center at Notre Dame University– Louaize in Lebanon. She conducted extensive research and indexing on the E-Levant series of the archives of the Ministry of Foreign Affairs of France as well as the Maronite Patriarchal Archives of Bkerke. She also has conducted research on early Lebanese migration and the naturalization process under the French Mandate. She is currently active in the field of sustainable development, democracy, and human rights. Email: efersan@ldu-lb.org

LDU et la MJC diplôment la quatrième classe du programme « Microsoft Unlimited Potential »

(Mercredi 14 août 2012) LDU en collaboration avec Microsoft et la Maison des Jeunes et de la Culture – Zouk Mikael, ont diplômé aujourd’hui la quatrième classe de participantes au programme « Microsoft Unlimited Potential » en la présence de Josiane Khalil, présidente de la League des Mukhtars du Kesrouan-Ftouh, Eliane Fersan, directrice de la Maison des Jeunes et de la Culture – Zouk Mikael, les participantes et des représentants de la communauté locale et de la société civile.

Plusieurs femmes ont participé aux cours intensifs du logiciel Microsoft Office pendant trois mois consécutifs. LDU organise plusieurs programmes d’autonomisation pour les femmes en vue de les soutenir et de les encourager à jouer un rôle plus actif dans les différents secteurs. Parmi ces programmes, cette session de formation qui vise à  les aider à développer leurs compétences en utilisant la technologie de l’informatique aussi bien au travail que dans leur vie quotidienne.

Durant la cérémonie de remise des diplômes à la Maison des Jeunes et de Culture – Zouk Mikael, la Secrétaire Générale de LDU Crystel El Chayeb, a souligné l’importance du diplôme que les participantes reçoivent de Microsoft et l’ampleur de l’efficacité du programme que la société a développé de façon à ce qu’il soit abordable aux personnes qui ne maîtrisent pas l’anglais ou qui n’ont pas reçu une formation académique. Le programme leur donne aussi la possibilité d’embarquer dans le monde de l’informatique et de l’employer aussi bien au niveau personnel que professionnel. Elle ajouta que LDU a lancé la première classe de ce programme en 2010, qui continue à intéresser les femmes de toute la région du Kesrouan.

El Chayeb a enchaîné sur le fait que le but principal de cette formation est de favoriser la création d’emplois et de développer les compétences des participantes afin d’en profiter dans leur établissements. Ensuite, elle a remercié Microsoft pour son soutien qui a permit l’implémentation de ce programme et ouvert de nouveaux horizons aux participantes. Après quoi elle a distribué les diplômes aux participantes.

Pour leur part, les participantes ont témoigné du changement que cette formation a laissé dans leurs vies aux niveaux professionnel et personnel et de l’opportunité qu’elle leur a ouvert pour se connecter et d’établir des liens entre elles. La participante Nohad Safi affirme que “ce programme a élargi mon engagement dans le travail social et m’a mis en contact avec d’autres femmes qui cherchent également à développer leurs compétences”. De même, la participante Thérèse Rizkallah a noté qu’armée par les atouts que ce programme lui a donnés, elle se sent plus confiante et capable d’utiliser ses nouvelles compétences acquises d’une manière qui la rapproche de ses enfants.

Advertisements

«La Soie, Caresses de Tendresse entre le Liban et le Mexique»

La Municipalité de Zouk Mikael et le Musée de Textile de Oaxaca, en étroite collaboration avec la Fondation Alfredo Harp Helu et l’Ambassade du Mexique au Liban, ont inauguré le jeudi 5 juillet l’exposition «La Soie, Caresses de Tendresse entre le Liban et le Mexique», en présence de SEM l’Ambassadeur du Mexique, Jorge Alvarez Fuentes, SEM l’Ambassadrice du Canada, Hilary Childs-Adams, SEM l’Ambassadeur de la Turquie, Inan Özyildiz, SEM l’Ambassadeur de l’Uruguay, Dr. Jorge Luis Jure Arnoletti, le Maire de Zouk Mikael Me Nouhad Naufal, M. Nabil Semaan, représentant de la Fondation Alfredo Harp Helu, le directeur du Musée de Textile de Oaxaca, M. Hector Manuel Meneses, la directrice de la Maison des Jeunes et de la Culture, Eliane Fersan, la Présidente de l’Institut des Femmes Progressistes, Wafaa Abed, la chargée des affaires culturelles à l’ambassade du Mexique, Claudia Maroun, la chargée des affaires commerciales à l’ambassade du Canada, Nathalie Nercessian, des membres du corps diplomatique, artisans ainsi que des personnalités de Zouk Mikael.

Pour une première manifestation d’une telle ampleur, ce sont plus de 100 pièces qui sont exposées et qui mettent en valeur le talent et la tradition des tisseurs de l’Etat de Oaxaca et ceux de la ville de Zouk Mikael. Le but premier de cette exposition est de présenter un travail manuel riche et important pour la culture d’un pays comme le Mexique et d’une ville comme Zouk Mikael. Les tissages représentés ne témoignent pas seulement de l’histoire du tissu au Mexique et au Liban, mais aussi d’un passé culturel qui s’impose sur un monde présent qui change.

Son Excellence l’Ambassadeur du Mexique a insisté sur le fait que cette exposition est la preuve d’une volonté des libanais et principalement des tisseurs de se rapprocher du Mexique et de sa culture, tout en conservant leur patrimoine. Cette exposition a contribué à développer les relations pourtant déjà bien soudées.

Pour sa part, Me Nouhad Naufal, Maire de Zouk Mikael a considéré que le principal objectif de cette exposition est de rapprocher deux cultures marquées par la soie et le tissu, et de permettre au Liban de mettre en valeur sa culture et son talent pour le tissage.

L’exposition reste ouverte tous les jours de 19h00 jusqu’à minuit, et cela jusqu’au 15 septembre, à la Maison de l’Artisan à Zouk Mikael. Riche de couleurs du Mexique et de pièces artisanales marquées par deux civilisations différentes, cette exposition dirigée par Hector Meneses et Eric Chavez est la preuve d’un rapprochement historique et culturel entre Oaxaca et Zouk Mikael.

LDU et MJC diplôment une nouvelle classe de « femmes en informatique »

Jeudi, 12 avril 2012. LDU, en collaboration avec la MJC – Zouk Mikaël et Microsoft diplôment une troisième classe d’étudiantes à travers le programme “La femme et la technologie”. Le cours de formation intensive sur les logiciels Microsoft Office de base a duré 12 semaines et vise à aider ces femmes à développer leurs compétences à utiliser les technologies de l’information aussi bien sur leur lieu de travail que dans leur vie quotidienne.

Au cours de la cérémonie qui s’est tenue à la MJC de la Municipalité de Zouk Mikael, le secrétaire général de LDU, Mme Crystel el Chayeb a affirmé l’importance du “rôle de la société civile qui est peut-être le seul initiateur qui consacre une partie de son potentiel au Kesrouan”, notant le “rôle de promoteur de la communauté locale et des municipalités, notamment celle de Zouk Mikael, pionnière dans ce domaine dans sa quête d’assurer le bien-être à ses habitants”. Mme Chayeb a souligné que LDU a lancé la première session de formation de ce programme en 2010 en vue du développement durable qui, contrairement à ce qui circule au sein des organismes donateurs et de développement au Liban, ne touche pas la région du Kesrouan, qui demeure dénuée à plusieurs nivaux.

Mme Chayeb a expliqué que “l’objectif principal de ces sessions est de créer des opportunités de travail et d’autonomiser ces femmes au sein des entreprises où elles travaillent, et cela parce que nous croyons en l’importance de l’initiative individuelle en l’absence du rôle de l’Etat”, en insistant sur l’importance du programme “dont bénéficient plus de 2000 femmes dans le monde arabe”. Mme Chayeb a également remercié Microsoft pour “son soutien moral et matériel qui a permis la mise en place de ses séances d’apprentissage et a ouvert de nouvelles perspectives aux promoteurs des nouvelles technologies qui facilitent le travail de l’être humain tant au niveau professionnel que personnel”. Les certificats ont ensuite été distribués aux femmes qui ont participé aux sessions.

Les participantes ont présenté leurs témoignages et ont raconté les changements que ce programme a introduits dans leur vie professionnelle. Ainsi Mme Claire Maatouk, enseignante de langue française, a assuré qu’elle a bénéficié de l’utilisation de l’informatique dans sa communication avec l’administration scolaire et ses élèves, pour la préparation des leçons et des examens et en plus consacre moins de temps à la recherche de nouveaux matériaux sur Internet. Mme Rita Ofeich a également remercié LDU et Microsoft pour l’avoir aidée à restaurer sa confiance en elle à travers l’obtention de son premier diplôme: “Je sens que je peux continuer mon parcours d’études et le programme de la femme et la technologie m’a permis de recevoir une promotion au travail”.

Soirée carnaval du club ”Les Amis de la Suisse” à Zouk Mikaël

Soirée carnaval du club ”les Amis de la Suisse” à Zouk Mikaël

 Bravant le froid et les intempéries, les membres et amis du club “Les Amis de la Suisse” ainsi que ceux de la Maison des Jeunes et de la Culture – Zouk Mikaël se sont retrouvés le 25 février dans la très belle salle de ciné club de la MJC pour assister d’abord à la projection du film “Orfeu Negro”, le chef d’œuvre de Marcel Camus, qui nous a transportés dans l’ambiance magique du célébrissime carnaval de Rio de Janeiro. Ce film de 1959, Palme d’Or au Festival du film de Cannes la même année, revisite le mythe d’Orphée et d’Eurydice en le transposant de Thrace à Rio pendant le Carnaval.

Suivit un intermède musical avec deux guitaristes allemandes, Susanne Hilker et Katrin Simon, en tournée au Liban à l’invitation du Kulturzentrum, qui reprirent avec beaucoup de bonheur certaines mélodies du film et notamment les fameux Carnaval da Manha e Felicidade, ces compositions de Antonio Carlo Jobim et Luiz Bonfa qui sont devenues des standards de la bossa nova et du jazz.

Un souper convivial réunit ensuite tous les participants dans la médiathèque de la MJC, où furent servies des spécialités culinaires suisses préparées généralement pendant la période du carnaval, à savoir la soupe à la farine à la mode de Bâle, ainsi que des beignets appelés “pieds de chèvre”. Et puisque la soupe eut ce soir-là autant de succès et particulièrement auprès du public libanais, en voici la recette:

Soupe bâloise à la farine:

Mise en place et préparation: env. 1 1/2 h

Pour env. 8 dl

5 c. à soupe de farine rôtir et bien faire dorer en remuant dans une grande casserole sur feu moyen. Baisser le feu, laisser tiédir la farine sur une assiette
50 g de beurre chauffer dans la même casserole
1 oignon, en fines rondelles faire suer env. 3 min, remettre la farine
1 litre de bouillon de bœuf mouiller, porter à ébullition en remuant au fouet, baisser le feu, laisser cuire doucement env. 1 heure en remuant de temps en temps
100 g de fromage (p.ex. gruyère) râper
Présentation: répartir la soupe dans des assiettes préchauffées, parsemer de fromage ou le servir à part.Suggestion: préparer la soupe sans oignons, décorer avec des anneaux d’oignons rôtis avant de servir.

et bon appétit!

Le quatuor roumain « Arton » vibre et ses cordes et le public de la MJC

L’Ambassade de Roumanie et l’Institut Culturel Roumain ont clôturé les Journées Culturelles Roumaines au Liban le samedi 10 décembre 2011 par une collaboration spéciale avec La Maison des Jeunes et de la Culture à Zouk Mikael qui a donné fruit à un concert de quatuor exceptionnel. Trois Roumains et une Polonaise ont décoré l’amphithéâtre de la MJC où musique douce, ambiance magique et sérénité se sont entremêlées pour charmer le très grand public dont Son Excellence M. Daniel Tanase, Ambassadeur de Roumanie au Liban, Me Nouhad Naufal, Maire de Zouk Mikael, Son Excellence Dr. Elias Hanna, ancien Ministre de l’Etat, Mukhtara Josiane Khalil, présidente de la Ligue des Moukhtars du Kesrouan-Ftouh, M. Joseph Kmeid, Dr. Maroun Massaad et M. Joseph Salamouni, membres du conseil municipal de Zouk Mikaël, le Premier secrétaire à l’ambassade de Roumanie Dr. Dan Stoenescu, Me Amal Haddad, ancienne bâtonnière de l’Ordre des Avocats de Beyrouth, Mme Denise Abou Maachar, membre du conseil municipal de Jounieh, Mme Wafa Abed, présidente de l’Institut des Femmes Progressistes, M. Tony Danayan, président du Club Lions Beirut Code, M. Melhem Saber, président de l’association Romania Levant, Mme Antoinette Mrad, présidente de l’association Smile Together, Mme Sarah Bou Sleiman, trésorière de MEPI Lebanon Alumni Association et un public connaisseur qui apprécie et savoure la musique classique.

Magdalena Maria Sokola, Manuela Maria Buciumas, Ondin Brezeanu et Silviu Gabriel Gherasimescu ont joué avec une passion féerique inspirée sans doute par la charmante ville de Zouk Mikael qui réussit toujours à transporter les adeptes de la culture loin du chaos de la vie quotidienne. L’ensemble a interprèté les plus grands morceaux signés Ciprian Porumbescu, Constantin Dimitrescu, Grigoraş Dinicu, Béla Bartók, Alfred Alessandrescu et bien d’autres compositeurs roumains et étrangers. Véritablement inspirée, leur interprétation offre le plus bel écrin qui soit à une musique classique de premier plan. Enchantés, ils en ont tous l’air, les 120 spectateurs. Toutes générations confondues, une gageure. Ce qui rassemble? L’amour de la musique classique et de la musique folklorique roumaine!

Ce concert a été précédé par une donation de livres roumains à la bibliothèque de Zouk Mikael effectuée par l’ambassade de Roumanie et l’Institut culturel roumain ; encore une initiative qui fait de la ville de Zouk une ambassadrice de la culture roumaine au Liban.

Plusieurs autres collaborations sont prévues pour l’année 2012 entre la MJC, l’Ambassade de Roumanie et l’Institut Culturel Roumain pour pousser encore plus loin le dialogue interculturel libano-roumain.

Table-ronde avec Vlad Zografi et huit écrivains libanais

Table-ronde avec Vlad Zografi et huit écrivains libanais

 

 

Fidèle à sa mission visant à la promotion des échanges culturels et à la promotion des jeunes talents, la Maison des Jeunes et de la Culture – Zouk Mikaël, en collaboration avec l’Ambassade de la Roumanie au Liban et l’Institut Culturel Roumain, a organisé (samedi 5 novembre 2011) une table-ronde avec l’auteur roumain Vlad Zografi ainsi que huit jeunes auteurs libanais majoritairement francophones : Samia Khalifé, Randa Khattar, Marie-Josée Rizkallah, Mireille Saab, Etienne Damiens, Tony Danayan, David El Khoury et Bassam Loucas.

 

Eliane Fersan, directrice de la MJC, commença par remercier l’Ambassade de la Roumanie pour avoir offert cette opportunité d’interaction et de dialogue qui répond aux demandes des jeunes talents avec lesquels la MJC collabore. Elle salua aussi tous les participants pour leurs efforts continus malgré tous les défis auxquels les jeunes auteurs libanais font face.

 

 

 

Zografi a entamé la discussion en s’interrogeant sur l’existence d’une œuvre universelle, qui pourrait s’adresser à toute la création, et non seulement à l’homme, et a estimé que l’Odyssée représenterait un ouvrage qui toucherait les êtres vivants, parce qu’elle fait appel aux couches les plus profondes de ce qui est vivant. Ainsi, s’exprimant par la langue de Molière, les auteurs ont discuté de ce qui les pousse à les écrire et ont partagé leurs expériences dans ce domaine, et la table-ronde s’est métamorphosée en une sorte de café littéraire, modéré par Cynthia Abou Jaoudé, au cours duquel l’histoire roumaine, la politique au Moyen-Orient, le communisme, la liberté des artistes, l’expérience théâtrale ainsi que le fait d’être écrivain en Roumanie ou au Liban, ont été au menu des discussions. L’intervention du 1er secrétaire de l’ambassade roumaine, Dr. Dan Stoenescu, et du Directeur International des Programmes à l’Institut Culturel Roumain M. Ovidiu Miron, a clos le débat, proposant de garder le contact avec les participants pour une éventuelle collaboration dans le cadre d’un projet culturel au croisement des cultures roumaines et libanaises.

 

Par Marie-Josée Rizkallah

 

Les Participants: biographies des auteurs


Raphaëlle Ivery séduit une dernière fois le public libanais à Zouk Mikaël

La Diva de l’Opéra, Soprano Coloratura, Raphaëlle Ivery clôtura son tour au Liban à la Maison des Jeunes et de la Culture – Zouk Mikaël. Cette soirée intitulée « Les Grands Airs des Opéras Romantiques » fut organisée le mercredi 18 mai 2011 en collaboration avec le Centre Culturel Français de Jounieh et avec le soutien de Lebanon Development Union – LDU.

Assistèrent au concert l’Ambassadeur du Canada au Liban La Très Honorable Mme Hilary Childs-Adams, Son Excellence Docteur Youssef Zougheib, Consul Général de San Marino au Liban, Me Nouhad Naufal, maire de Zouk Mikaël, M. Etienne Louys, directeur du CCF-Tripoli, Mme Mélodie Bardin, directrice du CCF-Jounieh, Mme Crystel El Chayeb, Secrétaire Général de Lebanon Development Union, Mukhtara Josiane Khalil, Présidente de la ligue des Mukhtars du Kesrouan-Ftouh et les membres du conseil municipal de Zouk Mikaël, Messieurs Elie Beaino, Dr. Maroun Massaad et Me Elie Zougheib. Un grand nombre de poètes, compositeurs et artistes furent aussi présents dont Suzy El Hage, Yorgo Elka, Iyad Kanaan, Youssef Bou Khalil, Gaby et Georgette Farah.

Ce public qui avait choisi d’assister en grand nombre au récital de Raphaëlle Ivéry, soprano, récompensée de plusieurs Médailles d’or du Conservatoire National de Paris, accompagnée de son pianiste Mohammad Sabalbal, n’a pas eu à regretter son choix. De Gounod à Verdi, en passant par Mozart ou Puccini, Raphaëlle Ivéry, attentive à son public et donnant avant chaque interprétation quelques clefs pour comprendre les différentes œuvres du répertoire romantique, où les alliances, trahisons, intrigues et drames sont faits courants, a fait montre d’une parfaite maîtrise de sa voix aux colorations chaudes qui ont fait merveille dans ce répertoire avec une diction toujours nette. Et c’est par une performance intense et une dramaturgie bouleversante de l’air de la Wally de Catalini, que Raphaëlle Ivéry terminera son récital. Le public conquis et heureux applaudira à tout rompre, après un bis en forme de clin d’œil, Raphaëlle Ivéry ainsi que le pianiste qui est à créditer d’une excellente prestation.

Ce soir-là, un public connaisseur et amateur a regretté qu’il n’y ait pas plus de récitals de ce genre et de cette qualité qui soient programmés.