Zouk Mikaël: la culture pour tous

Zouk Mikaël, cité fleurie pleine de charme et fière de ses traditions, s’est dotée depuis avril dernier d’un centre culturel et d’une maison pour jeunes. Nous avons visité les lieux en compagnie d’Eliane Fersan, chargée de projets et des relations publiques au centre.

“L’idée de la Maison des jeunes et de la culture a germé il y a une dizaine d’années dans la tête de notre maire, Monsieur Nouhad Naufal, mais à l’époque nous avions d’autres priorités pour la ville. Les infrastructures urbanistiques sont maintenant en place, il est donc temps de s’occuper des habitants et en particulier de la jeunesse. Zouk Mikaël toujours attachée à promouvoir le développement durable, la culture et l’épanouissement de l’homme”.

La magnifique construction en pierres du pays, fruit d’un concours organisé avec les architectes diplômés de l’Alba, comprend trois espaces répartis sur plusieurs niveaux.
Au premier, une salle de théâtre de cent fauteuils transformable en salle de cinéma.
Au deuxième, une bibliothèque de 400 m² proposant plus de trente mille livres, un espace multimédia et une connexion Wi-Fi pour les abonnés.
Sur le toit, un café littéraire va bientôt ouvrir dans un splendide espace vitré et tapissé de bois qui offre une vue imprenable sur la baie de Jounieh.
La commune française Rueil Malmaison – avec laquelle est jumelée Zouk Mikaël – a largement contribué à équiper les lieux en matériel informatique et en livres. Les écrivains et poètes libanais, ainsi que diverses maisons d’édition et universités, ont offert leur contribution en ouvrages. Le centre fait partie du réseau des bibliothèques publiques jumelées avec Assabil, une association qui œuvre à promouvoir la lecture et le développement des bibliothèques publiques.

Le maire n’ayant pas souhaité politiser le lieu, la Maison des jeunes et de la culture de Zouk Mikaël n’a fait appel à aucun sponsor et a préféré utiliser les fonds de la municipalité pour construire les bâtiments.
Zouk Mikaël fait partie du CGLU (Cités et Gouvernements Locaux Unis), un organisme associé à l’ONU qui soutient des démarches de décentralisation dans le monde.
“Ici, nous prônons aussi la démarche participative. Nous avons divisé la ville en quinze quartiers, dans chacun desquels siège un comité. L’expérience est concluante, les habitants et surtout les jeunes, s’investissent ainsi beaucoup plus dans la vie de la ville”.

L’enthousiaste Eliane Fersan, quant à elle, est à la fois chercheuse et professeur, mais trouve toujours du temps pour se consacrer à la Maison des jeunes et de la culture, un projet qui lui tient vraiment à cœur.
“Depuis dix-neuf mois, nous proposons chaque semaine des activités culturelles variées afin d’habituer le public jeune et adulte à ce nouveau lieu : écoutes musicales commentées, ateliers d’écriture, expositions de peinture, ciné-clubs… Le succès est au rendez-vous : jusqu’ici, nous avons environ quatre-vingt personnes à chaque activité”.

Cécile Galia

A savoir

(03) 535329, (09) 213217
www.ycczoukmikael.com

Article publié dans l’Agenda Culturel, le 03/01/11: http://agendaculturel.com/Zouk_Mikael_la_culture_pour_tous

Advertisements
This entry was posted in Coupures de Presse by ellefersan. Bookmark the permalink.

About ellefersan

Eliane N. Fersan, holds a Master 2 in History from Université Saint Esprit de Kaslik and is an Associate Researcher at the Lebanese Emigration Research Center at Notre Dame University– Louaize in Lebanon. She conducted extensive research and indexing on the E-Levant series of the archives of the Ministry of Foreign Affairs of France as well as the Maronite Patriarchal Archives of Bkerke. She also has conducted research on early Lebanese migration and the naturalization process under the French Mandate. She is currently active in the field of sustainable development, democracy, and human rights. Email: efersan@ldu-lb.org